SHARE

Faire appel aux services d’un chauffeur VTC offre de nombreux avantages non seulement en ce qui concerne les aspects juridiques et administratifs mais aussi pour l’usager. Pour pourvoir devenir un chauffeur VTC, voici ce qu’il vous faut.

Pour avoir le statut de chauffeur VTC, il y a quelques exigences dont :

  • Un permis B de conduire qui date de trois ans ;
  • Un certificat d’aptitude à la conduite ;
  • La capacité de transport ou la carte professionnelle VTC en rapport avec les conditions d’exercices que vous avez envie d’avoir.

Choisir entre la capacité de transport et la carte professionnelle VTC

Pour pouvoir embaucher dans votre entreprise de transport des chauffeurs, il faut avoir la capacité de transport. Cependant, ces chauffeurs doivent détenir le permis B. en effet, pour avoir la capacité de transport, vous devez prouver une capacité financière de 9000 euros quant aux véhicules de plus de 9 places et de 1500 euros par véhicule de 9 places. Puis, il faut faire une formation de 140 heures clôturée par un examen qui sera délivré par la Direction régionale de l’environnement de l’aménagement et du logement.

Avec une expérience VTC d’un an, vous pouvez passer auprès de la Direction régionale de l’environnement de l’aménagement et du logement, une équivalence valant de carte professionnelle VTC. Par ailleurs, avec cette carte, vous ne pouvez embaucher des chauffeurs que s’ils ont en plus du permis B, la carte professionnelle VTC.

En outre, une preuve de capacité financière ne s’exige pas dans le cadre de l’obtention de la carte professionnelle VTC. Toutefois, il faut noter qu’il y a une formation à suivre et qui se clôture par un examen final. Cette formation est spécifique, détaillée et uniquement destinée au métier de chauffeur VTC.

Même en étant en possession de la carte professionnelle, il faut obligatoirement que vos véhicules VTC répondent à certains critères dont :

  • Avoir aux maximum 6 ans ;
  • Avoir un moteur de plus de 120 CV ;
  • Mesurer plus de 1,7 mètre de large et 4,5 mètres de long ;
  • Avoir au minimum 4 portes ;
  • Avoir entre 4 à 8 places sans compter le chauffeur.

Chauffeur VTC : une réglementation stricte

Il y des réglementations que le chauffeur doit obligatoirement respecter au quotidien. Il s’agit de mettre la carte professionnelle sur le pare-brise pour être identifiable par le client et de ne prendre que des usagers qui ont réservé le véhicule.

De plus, le chauffeur VTC peut stationner dans les aéroports et les gares uniquement sous réservation et dans une limite d’une heure. Il doit éviter les voies réservées aux bus et aux taxis. Mais, dans le cas où il ne suivra pas cette règle, il peut faire l’objet de sanctions pénales et se voir son permis de conduire suspendu.

Par ailleurs, pour conserver sa carte professionnelle VTC, il est tenu de faire une formation tous les cinq ans.

Devenir chauffeur UBER

Malgré qu’il soit très facile d’utiliser les plateformes comme Uber, il est important d’être indépendant et d’avoir non seulement la carte professionnelle mais aussi un véhicule qui répond aux normes. En effet, cette plateforme vous permettra d’obtenir facilement des clients et de gérer la facturation en contrepartie d’une commission.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here